Retombées de UNGGIM sur l’évolution de l’Écosystème Géospatial

Ce blog va s’intéresser aux possibles retombées de la participation du Maroc au comité s’experts des Nations Unies sur la Gestion Globale de l’Information Géospatiale UNGGIM, et ses comités régionaux UNGGIM : Africa et UNGGIM Arab States.

Ceci à la lumière des défis émergents, ce qui se passe dans des pays membres de ces comités aussi bien dans la région Afrique qu’Arabe, et ce qui vie l’Écosystème Géospatial marocain.

Je mettrai l’accent sur les résultats de la huitième réunion de UNGGIM : Africa, tenue à Addis Abeba les 24-28 octobre 2022, et essentiellement les recommandations sur IGIF et GKI.

Des défis émergents

Les nouveaux défis auquel fait face l’humanité appellent à l’adaptation des institutions existantes, et à la recherche de nouvelles formes d’organisation pour y faire face.

La réponse du secteur privé

La pandémie de COVID 19 est venue pour rappeler la nécessaire participation et inclusion de tous les acteurs dans la prise des décisions et la collaboration et partenariat pour une réponse collective efficace.

Bref historique de UNGGIM : Africa

UNGGIM:Africa , Addis Abeba (Ethiopie) en 2022

UN-GGIM: Afrique a été créé pour coordonner le développement du secteur géospatial africain et contribuer à l’initiative mondiale plus large. UN-GGIM: Afrique joue un rôle de premier plan dans la prise de décisions conjointes et l’établissement d’orientations sur l’utilisation des informations géospatiales dans les cadres politiques nationales, régionales et mondiales. Il oeuvre avec les gouvernements pour améliorer les politiques, les arrangements institutionnels et les cadres juridiques.

UNGGIM: Africaa , Nairobi (Kenya) en 2015,

UN-GGIM: Afrique organise des réunions annuelles à travers le continent,  avec le soutien d’organisations locales et internationales, UN-GGIM: Africa a organisé jusqu’à présent sept de ces réunions à Tunis (Tunisie) en 2014, Nairobi (Kenya) en 2015, Abidjan (Côte d’Ivoire) en 2016, Addis-Abeba ( Éthiopie) en 2017 et en 2018, Kigali (Rwanda) en 2019 ; Réunion virtuelle en 2020 ; et Abidjan (Côte d’Ivoire) en 2021. Chacune de ces réunions est suivie par des délégués de pays africains, ainsi que des observateurs d’organisations internationales, d’universités, d’organisations et de réseaux régionaux et du secteur privé. Les réunions examinent les politiques, les mesures et les mesures que les pays africains pourraient prendre pour assurer une mise en œuvre réussie de l’initiative UN-GGIM dans la région, ainsi que l’examen de l’UN-GGIM : la structure de gouvernance et le modus operandi de l’Afrique ; les termes de référence des groupes de travail exécutifs, le Plan d’action africain sur l’information géospatiale pour le développement durable en Afrique (GI4SD), entre autres.

https://www.uneca.org/stories/tapping-rich-spatially-enabled-data-to-accelerate-development-in-africa

Des réformes et mise en œuvre de IGIF au niveau pays

Comme l’ont démontré les présentations faites lors de UNGGIM : Africa , plusieurs pays se sont engagés dans des réformes de leurs écosystèmes géospatiaux, en établissant des IGIF: COUNTRY-LEVEL ACTION PLAN (CAP).
C’est la cas entre autres du Cameroun, Eswatinie, Mozambique, Rwanda ,Sénégal et Tunisie, dansle dacre du SDG data Alliance.

Les recommandations de la huitième réunion, sont comme suit:

  • Urge member States to embark in the operationalization of the IGIF through the development and implementation of their respective Country-level Action Plans, in such a way that transformational change is enabled, visible and sustainable.
  • Requestthe UN-GGIM: Africa Secretariat to undertake a thorough review of the African Action Plan on Geospatial Information Management for Sustainable Development to align itsfive pillars with the nine Strategic Pathways of the IGIF; and to develop strategies to modify the Africa Action Plan to reflect the continent’s evolving geospatial context.
  • Welcome the establishment of the SDG Data Alliance initiative as a concrete mechanism to mobilize resources to assist African countries in accelerating achievement of the Sustainable Development Goals, made possible by advancing and implementing individual Integrated Geospatial Information Framework Country-level Action Plans and data hubs.
Resolutions and recommendations Plenary Meeting of UN-GGIM: Africa

La prise en compte du contexte de l’Infrastructure de Connaissances Geospaciale

  • Encourages Member States to consider Geospatial Knowledge Infrastructure concepts and recommendations when developing their Integrated Geospatial Information Framework Country-level Action Plans, as a means of better engaging wider government digital policymakers and understanding user communities across industry sectors and geospatial value chains
  • Urge ECA to lead the conversation on how to operationalize Geospatial Information Knowledge to support the desire to increase the value of geospatial information across industry sectors, develop a comprehensive understanding of the evolving geospatial knowledge ecosystem, and to better involve industry as a means to consider convergence with the larger digital ecosystem.
  • Call upon Member States to strengthen their current national geospatial information institutions and establish new curricula for training and delivering geospatial information services.
Resolutions and recommendations Plenary Meeting of UN-GGIM: Africa

Le congrès MOGEO 2017 organisé à l’EHTP les 16-17 mai 2017, était l’occasion d’une première approche de ce thème avec la présentation du Prof. Robert Laurini sur L’Infratructure de Connaissance Géographiques.

Je rappelle à ce propos le rapport publié par Geospatial Word sur le GKI (Geospatial Knowledge Infrastructure).

Financement des activités Géospatiales en Afrique

La réunion recommande aux pays membres de collaborer au niveau public et à léchelle internatiuonale pour la mobilisation des ressources nécessaires aux activités géospatiales.

  • Noting that the data economy, which includes both geographical and non-spatial data, is acknowledged as the most important asset for stimulating economic development, promoting research and innovation, and accelerating societal benefits.
  • Further noting that  the mobilization of resources remains a pertinent problem for the progress of geospatial technology on the continent,
  • Urge member States to form both domestic and international collaborations for resource mobilization.
Resolutions and recommendations Plenary Meeting of UN-GGIM: Africa

Modernisation des activités nationales de cartographie

  • Noting thatAfrican national mapping agencies are at a crossroad in relevance and ability to deliver services and fit-for-purpose information for sustainable national development.
  • Urge ECA to expeditethe research study on the modernization of national mapping agencies.
  • Request ECA to share the outcomes of the study on the Modernization of national mapping activities in Africa as soon as the report has been completed.
Resolutions and recommendations Plenary Meeting of UN-GGIM: Africa

Des retombées au Maroc ?

De nos précédents Blogs il parait certain que la représentation de l’ANCFCC à UNGGIM ,UNGGIM: Africa et UNGGIM: Arab States n’a pas encore produit les résultats escomptés sur l’écosystème Géospatial au Maroc comme en témoigne :

  • Le déroulement des chantiers de la Stratégie Foncière Nationale, du projet du Système d’information du Cadastre économique Multi-Usage alors que la Maroc abrite la coordination du réseau NELGA Afrique du Nord, caractérisé par des consultations concentrées sur des acteurs ‘institutionnels’, en l’absence jusqu’à présent de l’inclusion d’autres acteurs du secteur privé, académique et société civile.
  • L’absence de lignes directrices nationales facilitant la densification par le secteur topographique privé en collaboration avec l’ANCFCC , du réseau GNSS de stations permanentes
  • L’absence jusqu’à présent d’initiative institutionnelle pour une mise à niveau de l’Infrastructure Nationale de l’information Géospatiale, malgré l’évolution du secteur académique national, grace notamment à la participant au Projet SEED4NA.

http://seed4na.eu/

On espère que que cette situation va changer, avec la responsabilité qu’assume le Maroc au niveau international en tant que Rapporteur de UNGGIM, et au niveau Afrique en tant que rapporteur de UNGGIM: Afrique dont l’Executive Board est composé comme suit:

• Chair: South Africa
• 1st Vice-Chair: Cameroon
• 2nd Vice-Chair: Morocco
• 1st Rapporteur: Uganda
• 2nd Rapporteur: Burkina FAso
• ex-Officio member of the Bureau, without voting rights : Ethiopia
• Secretariat: United Nations Economic Commission for Africa (ECA).

Report of the eight meeting of UN-GGIM: Africa

Ceci à l’instar de ce qui se passe dans d’autres pays africains cités ci-hauts, et ailleurs à l’exemple de l’Inde et du Royaume Uni.

https://geospatialmedia.net/geospatial-think-tank-india/sectoral-working-group-scope.html

A propos Mohamed Timoulali

Consultant
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés