Le défi du passage des SIG aux IDG

Prof Robert Laurini intervenant lors du MORGEO 2017

Le congrès MOGEO 2017 organisé à l’EHTP les 16-17 mai 2017 ,   a offert l’opportunité d‘avoir un aperçu  sur la situation de la recherche en géomatique au Maroc dans ses diverses disciplines scientifiques, volets technologiques et applications thématiques.

J’ai essayé d’identifier à travers ce congrès des indications  sur  la recherche dans ce domaine au Maroc, a partir de   quelques chiffres du congrès.

  • Nombres de conférences plénières : 10 dont deux ayant trait aux  Infrastructure de données Géospatiales (IDG)(20%) (la conférence du Prof Robert Laurini  sur les infrastructures des connaissances géographiques, et la mienne sur le statut légal des données géospatiales),

https://www.elsevier.com/books/geographic-knowledge-infrastructure/laurini/978-1-78548-243-4

https://www.slideshare.net/mtimoulali/the-legal-status-of-the-geospatial-data

  • Nombre de communications orales 74 dont trois relatives aux IDG (4%).

Ces chiffres reflètent l’état d’esprit des opérateurs au Maroc , par rapport  aux préoccupations ayant conduit à l’évolution vers les IDG  à l’échelle internationale, telles que le besoin de d’ouverture / partage de données , interopérabilité des systèmes, et normalisation.

Le tableau n’est cependant pas  totalement sombre. Car en l’absence d’un cadre favorable jusqu’à, présent pour la mis en place d’une infrastructure nationale d’ information Géospatiales (INDG), l’on voit apparaître des projets orientés IDG thématiques ou territoriales.

1- Ouverture des données

L’examen de quelques sites cartographiques et SIG   en ligne  d’administration marocaines (HCP, DEPF /Ministère  de l’Economie et finance, ONDH), permet d’esquisser les efforts  déployés pour l’ouverture des données au public.

http://rgphencartes.hcp.ma/

http://manar.finances.gov.ma/

http://www.albacharia.ma/mapController?op=show

http://www.geoportail.gov.ma

2. Cartographie thématique/Statistique

Nous examinons aussi quelques documents officiels pour aborder des considérations en relation avec la  cartographie thématique.

A noter que  des auteurs des dits documents ont pris le soin de publier leurs données cartographiques sous l’intitulé de graphique ou schéma , comme pour souligner  que le plus important est de communiquer son message de façon aisée et compréhensible à un large public,  non forcément familier avec les principes et conventions en cartographie.

https://www.finances.gov.ma/depf/SitePages/publications/en_catalogue/etudes/2017/croissance_des_regions.pdf

http://www.csefrs.ma/pdf/ATLAS_Graphique.pdf

http:/www.sante.gov.ma/Publications/Etudes_enquete/Documents/04-2016/SANTE%20EN%20CHIFFRES%202015%20Edition%202016.pdf

http://www.geoportail.gov.ma

Il est utile à cette occasion de rappeler l’existence du mouvement  de cartographie radicale.

‘Subversive et provocante, la cartographie radicale peut heurter les professionnels de la cartographie dite classique. Utilisant plutôt (mais pas forcément) des représentations iconoclastes ne respectant pas toujours les règles classiques de la cartographie (sémiologie bertiniene), la carte est ici utilisée avant tout comme un outil de communication au service d’un combat à mener’.

https://neocarto.hypotheses.org/15

3. Approches et méthodologies de réalisation

les approches  de réalisation sont nombreuses, et la panoplie des méthodologies d’analyse et conception des systèmes d’information est large, de même que  les outils d’aides,  à la disposition des analystes/concepteurs.

Une bonne connaissance de  ces outils en  permet le choix le plus approprié en fonction du contexte, et de  se départir ainsi  du choix exclusif entre méthodes ,  formalismes et outils.

La démarche participative  avec les utilisateurs est indispensables  à toutes les étapes.

La diversité des intervenants impose par ailleurs une organisation en équipe avec des mécanismes appropriés de prévention et résolutions d’éventuels problèmes.

Si les problèmes techniques sont de nature à trouver des solutions rapides, ceux relevant d’autres natures notamment éthiques sont plus difficile à cerner, et  constituent le plus grand risque.

4. Démarche ‘Fit For  Purpose’

On constate par conséquent que la prise  en considération des avancées dans le domaine sur les plans méthodologiques et technologiques est une nécessité primordiale qui devrait être soutenue par un effort académique.

Ceci devrait traduit se traduire sur le plan  opérationnel dans les diverses  réalisations  de systèmes d’information. tout en ayant à l’esprit le besoin du  ‘Fit For Purpose’, afin de répondre aux besoins , en prenant en considération l’ensemble des contraintes.

https://www.fig.net/resources/publications/figpub/pub60/Figpub60.pdf

https://www.fig.net/resources/proceedings/fig_proceedings/fig2016/papers/ts01i/TS01I_mckenna_8090.pdf

http://www.nerc-bess.net/ne-ess/data/Resources/Guidelines%20to%20mapping_180214.pdf

5. Benchmark

Des bonnes pratiques  dans le domaine sont documentées à partir de réalisations dans plusieurs pays.

Nous nous referons à titre d’exemple à l’infrastructure pour l’information spatiale en Europe (INSPIRE).

https://inspire.ec.europa.eu/

C’est sur cette infrastructure qu’est bâti entre autre le programme Observatoire en Réseau de l’Aménagement du Territoire Européen (ORATE) ( ESPON).

https://www.espon.eu/

Les deux exemples montrent bien l’importance des moyens  financiers mobilisés ainsi que  les ressources humaines intervenants au niveau scientifique et technique, R&D  pour la réussite de ces initiatives.

https://www.espon.eu/topics-policy/publications/maps-month/shaping-new-policies-specific-types-territories-europe-islands

Vers quelle évolution de la profession d’IGT ?

Suisse2

La profession d’Ingénieur Géomètre Topographe (IGT) connait actuellement un débat sur son identité et son avenir, que les effets de la crise que subissent les professionnels ne font qu’accenteur. Au vu de la crise que connait la profession à l’échelle mondiale , et les réactions qui s’en sont suivies dans certains pays  des propositions sont faites pour une voie marocaine.

1. la profession connait elle  une crise globale à l’échelle mondiale ?

La réponse est fournie par une publication de European Congress of Surveyors 2008 Strasbourg 17th – 19th of September

http://www.clge.eu/documents/events/2/18_s_4_en.pdf

On peut en déduire en effet que :

– la crise d’identité est générale au niveau de la profession

– Le changement d’appellation de  Géomètre (Land Surveyor ) en Geomaticien et autres n’est pas suffisant

– Il y’a lieu d’actualiser le référentiel international de la profession   et   sa définition, ce qui existe actuellement au niveau de al FIG étant dépassé, car le nombre de compétences  couverts devient de plus en plus grand , et très varié d’un pays à un autre.

C’est d’ailleurs  ce qui pousse les professionnels à rechercher  les solutions possible, en l’absence d’un effort global harmonisé .

2. Cas de la Suisse

Le numéro spécial du bulletin de l’IGSO (mai 2013) était consacré à l’avenir de la profession dans ce pays.

http://www.igso.ch/download/cms/28f696f05da282ee1316995b14445bee.pdf/Bulletin20.pdf

Y ont été passés en revues: l’évolution de la structure juridique des bureaux d’ingénieurs géomètres, le rôle de la formation, les évolutions institutionnelles (cas du cadastre) et  technologiques, le marché et ses perspectives, ainsi que le rôle de la profession organisée.

‘Le géomètre : avenir et image ? Comme tend à le démontrer la constitution d’entreprises pluridisciplinaires « intercantonales », les contraintes cantonales liées aux mandats de mensuration et de conservation de la  
dépassées.
Ainsi, l’ingénieur géomètre se trouve confronté à son image. Doit-il rester ce gestionnaire local et polyvalent, véritable trait d’union entre les professions du territoire (administration, planificateur et aménagiste, architecte,
constructeur-promoteur et notaire, etc…) ou devenir un géomètre « virtuel », sorte de drone du territoire,  fournisseur par satellites et logiciels interposés de données statistiques du territoire? Les ingénieurs géomètres y réfléchissent et l’avenir nous le dira. Mais une chose est certaine, ce défi passera par la formation d’une
relève high-tech !… mais ça, c’est un autre chapitre.’

……..

‘Indication de provenance, labels de qualité, appellation d’origine, promotion économique, lutte contre la concurrence déloyale, formation professionnelle, publicité collective, analyse, études, conditions d’emploi, institutions sociales, conventions collectives de travail (CCT), lutte contre le travail au noir, sécurité au travail, tous ces champs d’activités se recoupent dans un seul et même objectif : maîtriser et réduire les incertitudes de
l’environnement économique, en maintenant un minimum d’ordre.’

le tout pour offrir ‘un nouveau parcours professionnel et académique qui devrait renouveler fondamentalement au cours des prochaines années l’encadrement de la profession de géomètre en Suisse romande en tout cas’.

3. Voie française

Déjà en 2007,  l’OGEF avait fait   conclu ce qui suit   sur le  Constat/Problématique/état des lieux :
‘Activité en forte progression, donneurs d’ordres variés avec progression des collectivités et aménageurs privés, activités variée avec forte évolution dans les domaines à forte compétence juridique et en aménagement Mais : forte progression des départs en retraite pour les annéesà venir1–Nécessité de renouveler les générations 2-Nécessité d’ouverture à d’autres disciplines au regard de la diversité et de l’évolution des champs d’intervention du GE : notamment dans le champ de l’urbanisme, de l’aménagement, de l’ingénierie et de la copropriété’

http://www.clge.eu/documents/events/13/pierre_bibollet.pdf

Les préoccupations des géomètres experts français ont fait l’objet d’une étude détaillé dont le rapport datant de  2012 est accessible à :

http://www.observatoire-metiers-entreprises-liberales.fr/fichiers_utilisateurs/fichiers/statistiques/ETUDES/ETUDES%20THEMATIQUES/CDV/GEO/2012/OMPL-Geometre-Etat%20des%20lieux-publi.pdf?PHPSESSID=ff60abf896d9004d07504023297a6e1a

‘Deux scénarios volontairement différenciés sont retenus : le le premier, « Repli de la branche sur ses activités traditionnelles », est un scénario plutôt pessimiste, décrivant ce que pourrait être un repli de la branche, le second, « Développement et diversification d’une branche connaissant un certain dynamisme », est un scénario plus volontariste, dans lequel les entreprises développent leurs activités et élargissent leur champ d’intervention.
Ils font tous les deux apparaître les principaux éléments de conjoncture, les stratégies possibles, puis les impacts sur l’emploi et les métiers.’

L’étude a proposé des pistes d’action basées sur le scénario d’ouverture qui avait été jugé le mieux indiqué.

4. Effort européen

L’OGEF est partie prenante de l’effort d’harmonisation de la profession dans l’Union Européenne.

https://www.fig.net/pub/fig2009/papers/ts05g/ts05g_mazuyer_3478.pdf

https://www.fig.net/pub/fig2009/ppt/ts05g/ts05g_mazuyer_ppt_3478.pdf

il faudrait retenir  ‘que les géomètres européens ont accepté de s’imposer

– un haut niveau de formation initiale et continue, dans le domaine technique
– un code commun de déontologie et d’éthique
– de travailler avec les autorités européennes pour une harmonisation du droit immobilier
– la mise en place d’une autorité européenne de contrôle de la tenue de leurs engagements’

Le sentiment qui se dégage au sujet de l’action européenne à travers le CLGE est que cet effort est:

‘- sur la bonne voie et la seule possible.,–  Qu’une génération n’y suffira peut être pas. Raison de plus pour ne pas traîner ‘ et que’ le seul objectif doit être de garantir dans l’espace européen, une même qualité de compétence et de service’.

Europe

4. le parcours québécois

Ce qui se passe au Québec est très intéressant compte tenu  de ressemblances au niveau organisation de la profession, englobant entre autres le secteur privé et public, en plus de de plusieurs autres facteurs.

http://www.fig.net/pub/fig2011/ppt/ts01f/ts01f_tessier_clavoie_5241.pdf

– Participation de l’OAGQ au deuxième congrès de l’ONIGT les 6-7 octobre 2000 à Tanger

– Implication de l’université Laval dans la création de la filière de topographie à l’IAV les  à partir de l’année 1972.

– Financement par l’ACDI des premiers travaux sur le cadastre national

– Réalisation de l’étude sur le cadastre général au Maroc

– Travail sur une stratégie pan canadienne de géomatique (http://www.rncan.gc.ca/sciences-terre/geomatique/infrastructure-canadienne-donnees-spatiales/communautes-geospatiales)

– Support au Sénégal pour un plan national de géomatique

– Des Secteurs couverts par le Ministère des  Ressources Naturelles similaires à ceux de l’ANCFCC.

Canada

Il est intéressant de noter que les arpenteurs géomètres du Québec ont aussi choisi une voie qui se rapproche de celle de la France et la Suisse, en ce qui concerne la pratique professionnelle dans un cadre multidisciplinaire.

5. Quelles propositions pour la profession d’IGT au Maroc ?

Compte tenu de la spécificité du contexte marocain par rapport à ce qui se passe dans le reste du monde, il serait utile de procéder à ce qui suit:

– Faire une analyse systémique du secteur de l’information géospatiale, dans le contexte marocain

– Procéder à une analyse SWOT de la profession d’IGT,

– Examiner trois scénarios d’évolution ( 1- Laisser aller, 2- Interventionnisme par la loi, 3- Transformation globale)

– Faire des recommandations pour une voie jugée la mieux indiquée.