Cours en ligne : Systèmes d’Information Géospatiale et Aide à la Planification du Développement Territorial

LUNDI, MARS 25, 2019 – DIMANCHE, AVRIL 21, 2019 Formation en ligne sur le web

Objectifs

A la fin du cours, les participants seront en mesure :


  • D’introduire les agendas de développement internationaux et régionaux, et leurs cadres de mesure
  • De présenter les Technologies SIG et SIAD et l’apport des INDG
  • D’introduire la démarche d’analyse systémique du développement, afin de procéder à l’étude de l’existant, l’identification des besoins en données, et les approches pour y répondre,
  • De discuter les étapes pour la réalisation d’un système d’aide à la décision, basée sur la technologie des SIG, dans un contexte d’interopérabilité et partage de données.
  • D’acquérir les fondements pour faire les choix technologiques appropriés
  • De connaitre les différentes phases de conception réalisation, utilisation et évaluation en vue d’y contribuer efficacement.
  • D’utiliser de manière pratique les SIG sur des thématiques réelles
Évaluation et adaptation du cours

En savoir plus…

https://www.uneca.org/fr/gis2019

275 participants issus de 38 pays africains anglophones et francophones, ainsi que de la France et des USA

Aide à la Décision pour le Développement Territorial

Introduction

Les acteurs et intervenants dans la planification du développement territorial, ont besoin de données locales  actualisées à divers stades  de  formulation, suivi et évaluation.

Pour ce, des initiatives ont vu le jour, pour répondre à ce besoin, notamment par la création de système d’information, et d’observatoires afin de rationaliser la collecte de données statistiques sur les thématiques d’intérêt, et la diffusion d’informations  pour l’aide à la décision.

On présente dans ce qui suit une démarche de réalisation   d’un Système d’Aide à la Décision,  facilitant l’accès  et l’analyse  de données multi sources de qualité, pouvant informer les indicateurs  choisies pour aider à la prise de décision territoriale.

Il s’agit d’adopter une démarche orientée Infrastructure de Données Géospatiales (IDG), sur des plateformes  technologiques ouvertes, bénéficiant des avancées technologiques  dans le domaine des TIC, de  l’interopérabilité et la mobilité.

Infrastructure de données géospatiales et décisions territoriales

En vue d’apporter une aide à la décision territoriale, un prototype de système d’information a été développé selon une démarche d’infrastructure d’IDG, dont l’harmonisation et l’interopérabilité des composants permettent de s’assurer que les données et services géographiques peuvent s’intégrer et se combiner d’une manière consistante. Sur la base d’un benchmark international et du contexte local,  il  a été  tenu compte des du besoin de  partage de l’information dans un but d’aide à la décision et/ou de communication ; d’où le besoin de l’interopérabilité des systèmes   et la modélisation dans le cadre d’une architecture ouverte.

Les Normes et interopérabilité

La question est de déterminer ce qu’il faut faire pour rendre interopérables le SIG, et de définir de quelle manière l’application de normes existantes de l’ISO et l’OGC  peut favoriser l’interopérabilité. L’ISO et l’OGC ont déjà publié plus d’une soixantaine de normes et continuent à travailler sur des normes complémentaires. Dans le cas des métadonnées c’est la norme ISO 19115 d’Information géographique – Métadonnées, appartenant à la famille ISO 19100, celle qui fournit un modèle de métadonnées et établit un ensemble commun de la terminologie, des définitions et des procédures d’extension pour les Métadonnées.

Selon la norme ISO 19119 : L’interopérabilité est la capacité pour communiquer, exécuter des programmes ou transférer des données entre les différentes unités fonctionnelles sans que l’utilisateur ait une connaissance des caractéristiques de ces unités.

L’un des objectifs des IDG est de partager l’information géographique qui est dispersée sur Internet, afin de voir ou de l’utiliser dans la mesure que permet le propriétaire de ces données. La nécessité de mettre en relations des données provenant de différentes sources pour la mise en place de système SIG a favorisé l’émergence de standards d’interopérabilité. Ce même besoin pousse aussi les SIG à utiliser de manière croissante le Web comme plate-forme de base, l’ubiquité et les standards de l’Internet simplifiant considérablement l’interopérabilité

Conception,  développement et plateformes techniques

– Portée géographique à  l’échelle nationale

Il est fait usage au cours de cette phase, d’un environnement de développement intégré,  pour générer les modèles e données se rapportant aux  thématiques et indicateurs choisis.

 Les développements ont été effectués sur trois plateformes :

  • ArcGIS, Geoportal Server  et SQL Server
  • OpenGeo Suite, GeoNetwork, PostgreSQL et GET SDI Portal
  • D3.js, bibliothèque Javascript
Graphique 1: Ecran d’accueil du système

Ceci permet de faire face à des situations variées des utilisateurs, en recourant à une IDG avec serveur cartographique aussi bien sur une plateforme propriétaire qu’Open, de même que  la production de cartes interactives côté client.

Portée au niveau régional

Pour la réalisation du prototype le choix  a porté sur la bibliothèque Leaflet avec l’utilisation des bibliothèques Geostats.JS et Chroma.JS pour la réalisation des cartes interactives, l’adoption de l’architecture JEE pour le développement de la plateforme, Geoserver et postgressql/postgis pour le stockage et la gestion du catalogue de données.

Graphique 3 : IDS régionale

Technologies mobiles

Les technologies mobiles jouent un rôle de plus en plus croissant dans les processus statistiques, aussi bien pour la collecte que  la diffusion des données.

Pour ce,   des applications ont  été réalisées et testées pour  intégration au système d’aide à la décision :

  • Collector for ArcGIS et Survey 123,  applications  de la plateforme ArcGIS  répondent aux  besoins de collecte de données sur le terrain Elles  permettent  de consulter, de modifier et de saisir des données SIG à l’aide d’un appareils mobiles.
  • Apache Cordoba,  plateforme  open source permettant de créer des applications mobiles hybrides  avec les technologies du web (HTML, JavaScript, CSS), tout en bénéficiant des fonctionnalités natives des appareils (localisation GPS, contacts, caméra).
Figure 4 : Exemple de visualisation mobile

Conclusions

Un Système d’Aide à la Décision Territoriale   a été conçu et réalisé selon une approche d’IDG,   prenant en compte l’intéropérabilité des données statistiques et géospatiales provenant d’une multitude de sources.

Les développements ont été réalisés sur  les  plateformes : ArcGIS, OpenGeo Suite et la bibliothèque Javascript D3.

Des modules de   mobilité ont  été  déployés  sur  Collector  et Survey 123  pour ArcGIS, et une application réalisée avec Apache Cordoba.

Bibliographie

AFIGEO (2012), Règles pour l’interopérabilité des  infrastructures de données géographiques

Ait Omar A. , Haddachi Y. (2016), Projet de fin d’études : Réflexion méthodologique d’élaboration d’un SIG participatif pour l’aide à la décision communale. Cas de plan communal de développement, IAVH II

Atigui F., Ravat F., Teste O. and  Zurfluh G. (2010),  Démarche dirigée par les modèles pour la conception d’entrepôts de données multidimensionnelles

Boerboom L.G.J (2010),Integrating Spatial Planning and decision Support System Infrastructure

Courlet  C.  (2017), Inégalités Territoriales et Justice Sociale au Maroc,  Economia Magazine, octobre 2017

DEPF (2018), Inégalités régionales sous le prisme  des objectifs du développement durable à l’horizon 2030, novembre 2018

Depth France (2014), L’interopérabilité des IDS et les principales briques logicielles, ANF2014 DEVLOG-RBDD 27 mai 2014

El Fakhar I. (2016), Projet de fin d’études, Mise en place d’une solution mobile  d’aide à la décision sur les politiques Territoriales , Faculté des Sciences et Techniques, Université Abdelmalek Essaadi, Tanger

ESPON (2013),  KITCASP Key Indicators for Territorial Cohesion and Spatial Planning

ESRI and Peters L.  (2014), Statistical analysis of geospatial information relevance of SDI’s and international standards

ESRI and Paul Hardy P. (2013), ArcGis for inspire

ETH Zurich (2015), Advanced Cartography for SDI, 2015

Fleming G. and Sowole T. (2014), Ogun State Nigeria: An SDI and Land Administration System built with FOSS“.

Guigoz Y., Giuliani G. and  Ray N. (2013), State of the art in Open Source GIS and SDI, ARPEGEO project Symposium on Environmental Data Sharing for the Benefit of the South Caucasus Region, Yerevan, Armenia

HCP (2014), GIS tool for the collection and dissemination of results of General Census of Population and Housing, The Moroccan Experience

Hintz D.  (2012), Data Harmonization Principles and Development Approaches as Applied to INSPIRE SDIs

INSPIRE (2012), Le projet Plan4all Interopérabilité pour la planification spatiale

Jidal M. et Maalou M. (2016), “Projet de Fin d’Etudes, Conception et mise en place d’une infrastructure de données spatiales pour la région Casablanca-Settat“,  Faculté des Sciences et Techniques, Université Abdelmalek Essaadi, Tanger

Köbben B. (2013), Using the D3 library for web-mapping in an SDI environment“., AGILE 2013 – Leuven

Mohammed O. I, Saeidi V. Yusuf A. S. and Shariff A.R. M. (2012)., Comparing Approaches and Strategies for NSDI Implementation Between the Developed and Developing World“

Percivall G. (2006), OpenGIS International Standards for GEOSS Interoperability Arrangements, IEEE

Roth R. E, Donohue R. G., Sack C M.,  Wallace T. W, and Buckingham T. M. A (2013),  A Process for Assessing Emergent Web Mapping Technologies

Salvemini M. (2010), The Infrastructure for Spatial Information in The European Community Vs Regional SDI: The shortest Way for reaching Economic and Social Development

 Steiniger S. and Hunter A.J.S (2011), Free and Open Source GIS Software for Building a Spatial Data Infrastructure

Timoulali B. (2017), Senior Project report, Geomarketing study for the implementation of service Offer in Land Surveying, IIHEM

Timoulali M. , Chakir M. , Aafir F., (2015), Infrastructure de Données et Technologie Mobile   pour l’aide à la décision sur les politiques territoriales , Conférence régionale sur l’utilisation de technologie mobile dans les processus statistiques, Addis Abeba , Ethiopie, 13-16  octobre 2015 

Le défi du passage des SIG aux IDG

Prof Robert Laurini intervenant lors du MORGEO 2017

Le congrès MOGEO 2017 organisé à l’EHTP les 16-17 mai 2017 ,   a offert l’opportunité d‘avoir un aperçu  sur la situation de la recherche en géomatique au Maroc dans ses diverses disciplines scientifiques, volets technologiques et applications thématiques.

J’ai essayé d’identifier à travers ce congrès des indications  sur  la recherche dans ce domaine au Maroc, a partir de   quelques chiffres du congrès.

  • Nombres de conférences plénières : 10 dont deux ayant trait aux  Infrastructure de données Géospatiales (IDG)(20%) (la conférence du Prof Robert Laurini  sur les infrastructures des connaissances géographiques, et la mienne sur le statut légal des données géospatiales),

https://www.elsevier.com/books/geographic-knowledge-infrastructure/laurini/978-1-78548-243-4

https://www.slideshare.net/mtimoulali/the-legal-status-of-the-geospatial-data

  • Nombre de communications orales 74 dont trois relatives aux IDG (4%).

Ces chiffres reflètent l’état d’esprit des opérateurs au Maroc , par rapport  aux préoccupations ayant conduit à l’évolution vers les IDG  à l’échelle internationale, telles que le besoin de d’ouverture / partage de données , interopérabilité des systèmes, et normalisation.

Le tableau n’est cependant pas  totalement sombre. Car en l’absence d’un cadre favorable jusqu’à, présent pour la mis en place d’une infrastructure nationale d’ information Géospatiales (INDG), l’on voit apparaître des projets orientés IDG thématiques ou territoriales.

1- Ouverture des données

L’examen de quelques sites cartographiques et SIG   en ligne  d’administration marocaines (HCP, DEPF /Ministère  de l’Economie et finance, ONDH), permet d’esquisser les efforts  déployés pour l’ouverture des données au public.

http://rgphencartes.hcp.ma/

http://manar.finances.gov.ma/

http://www.albacharia.ma/mapController?op=show

http://www.geoportail.gov.ma

2. Cartographie thématique/Statistique

Nous examinons aussi quelques documents officiels pour aborder des considérations en relation avec la  cartographie thématique.

A noter que  des auteurs des dits documents ont pris le soin de publier leurs données cartographiques sous l’intitulé de graphique ou schéma , comme pour souligner  que le plus important est de communiquer son message de façon aisée et compréhensible à un large public,  non forcément familier avec les principes et conventions en cartographie.

https://www.finances.gov.ma/depf/SitePages/publications/en_catalogue/etudes/2017/croissance_des_regions.pdf

http://www.csefrs.ma/pdf/ATLAS_Graphique.pdf

http:/www.sante.gov.ma/Publications/Etudes_enquete/Documents/04-2016/SANTE%20EN%20CHIFFRES%202015%20Edition%202016.pdf

http://www.geoportail.gov.ma

Il est utile à cette occasion de rappeler l’existence du mouvement  de cartographie radicale.

‘Subversive et provocante, la cartographie radicale peut heurter les professionnels de la cartographie dite classique. Utilisant plutôt (mais pas forcément) des représentations iconoclastes ne respectant pas toujours les règles classiques de la cartographie (sémiologie bertiniene), la carte est ici utilisée avant tout comme un outil de communication au service d’un combat à mener’.

https://neocarto.hypotheses.org/15

3. Approches et méthodologies de réalisation

les approches  de réalisation sont nombreuses, et la panoplie des méthodologies d’analyse et conception des systèmes d’information est large, de même que  les outils d’aides,  à la disposition des analystes/concepteurs.

Une bonne connaissance de  ces outils en  permet le choix le plus approprié en fonction du contexte, et de  se départir ainsi  du choix exclusif entre méthodes ,  formalismes et outils.

La démarche participative  avec les utilisateurs est indispensables  à toutes les étapes.

La diversité des intervenants impose par ailleurs une organisation en équipe avec des mécanismes appropriés de prévention et résolutions d’éventuels problèmes.

Si les problèmes techniques sont de nature à trouver des solutions rapides, ceux relevant d’autres natures notamment éthiques sont plus difficile à cerner, et  constituent le plus grand risque.

4. Démarche ‘Fit For  Purpose’

On constate par conséquent que la prise  en considération des avancées dans le domaine sur les plans méthodologiques et technologiques est une nécessité primordiale qui devrait être soutenue par un effort académique.

Ceci devrait traduit se traduire sur le plan  opérationnel dans les diverses  réalisations  de systèmes d’information. tout en ayant à l’esprit le besoin du  ‘Fit For Purpose’, afin de répondre aux besoins , en prenant en considération l’ensemble des contraintes.

https://www.fig.net/resources/publications/figpub/pub60/Figpub60.pdf

https://www.fig.net/resources/proceedings/fig_proceedings/fig2016/papers/ts01i/TS01I_mckenna_8090.pdf

http://www.nerc-bess.net/ne-ess/data/Resources/Guidelines%20to%20mapping_180214.pdf

5. Benchmark

Des bonnes pratiques  dans le domaine sont documentées à partir de réalisations dans plusieurs pays.

Nous nous referons à titre d’exemple à l’infrastructure pour l’information spatiale en Europe (INSPIRE).

https://inspire.ec.europa.eu/

C’est sur cette infrastructure qu’est bâti entre autre le programme Observatoire en Réseau de l’Aménagement du Territoire Européen (ORATE) ( ESPON).

https://www.espon.eu/

Les deux exemples montrent bien l’importance des moyens  financiers mobilisés ainsi que  les ressources humaines intervenants au niveau scientifique et technique, R&D  pour la réussite de ces initiatives.

https://www.espon.eu/topics-policy/publications/maps-month/shaping-new-policies-specific-types-territories-europe-islands

Logiciels libres et Infrastructure des Données Géographiques

RAE

La société GTOPIC sarl (www.gtopic.net) a conclu le 16 décembre 2013 un accord de coopération avec la société grecque GET Ltd ( www.getmap.gr), et ce à l’occasion de la visite à Rabat de son CEO M. Gabriel Marvellis.

L’accord porte entre autre sur la coopération dans les domaines des logiciels libres de géomatique et l’infrastructure des données géographiques, et se basera sur l’expérience accumulée par les deux sociétés, en Afrique pour GTOPIC et en Europe pour GET.

Dans le cadre de cet accord une réunion a été organisée le 17 décembre 2013 avec des enseignants chercheurs et professionnels de l’IAVH II de l’INAU, de la CEA et des confrères du CN de l’ONIGT.

Les présentations faites par GET ont porté sur ses activités dans le cadre de la mise en place de la directive européenne sur l’infrastructure des données géographiques: INSPIRE.

Les débats ont porté sur ce que pourrait être le rôle du secteur académique dans la mise en place d’un cadre de partage de l’information géographique à l’échelle nationale selon une démarche graduelle concertée, impliquant les acteurs intéressés , producteurs et utilisateurs de données géographiques.