Le besoin d’un système d’information intégré de Suivi et Evaluation de l’agenda 2030

Les_objectifs_de_d-veloppement_durable

Les objectifs de développement durable en remplacement des OMD

Durant les mois d’avril et mai 2016, trois réunion importantes se sont tenues en Afrique ,et ont abordé  la thématique liée à l’agenda des objectifs du développement durable (ODD).

Nous allons en examiner les répercutions  sur les systèmes de suivi et évaluation des politiques et stratégies publiques à l’échelle nationale, ainsi que les  opportunités et défis  pour un système d’information efficace d’aide à la décision dans ce contexte.

CEA

 (Crédit photo: CEA)

1- La Neuvième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l’Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l’intégration et de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique de la Commission économique pour l’Afrique, tenue à  Addis-Abeba, 4 et 5 avril 2016, sur le thème : Vers une approche intégrée et cohérente de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation de l’Agenda 2063 et des ODD.

La déclaration ministérielle a souligné que le suivi et l’établissement de rapports les concernant les agendas 2030 et 2063, nécessite une stratégie cohérente et un ensemble intégré d’objectifs, de cibles et d’ indicateurs, ainsi qu’une plate-forme harmonisée d’examen et d’établissement de rapports.

http://www.uneca.org/sites/default/files/uploaded-documents/CoM/com2016/e1600586-_ministerial_statement-fr.pdf

Il a aussi été  demandé d’ élaborer un ensemble restreint d’indicateurs continentaux qui permette de suivre les avancées des deux programmes, en tenant compte des niveaux de développement des divers pays, afin de faciliter l’analyse comparative des résultats et la comparabilité

2- Le quatrième forum du haut niveau du GGIM les 20-22 avril 2016 à Addis Abeba sur la bonne gouvernance du foncier pour l’agenda 2030

La déclaration du forum a émis un ensemble de recommandations afin que l’intégration des données statiques et géoeospatiales servent pleinement le suivi et l’évaluation des politiques publiques dans le cadres des agendas du développement durables sus mentionnés.

http://ggim.un.org/docs/meetings/4th%20HLF/Addis%20Declaration%20Final%2022Apr2016_rev.pdf
– La mise à niveau du cadre légal, institutionnel et technologique dans une approche ‘Fit for Purpose’, prenant en considération les normes internationales .

– L’intégration des données géospatiales aux données statisitiques

– La mobilisation des ressources matérielles et humaines adéquates.

fdt

3- L’Africa Think Tank conference 2016 tenue à Marrakech les 2-4 mai 2016 sur le thème Construire un avenir durable et sécurisé pour le peuple et institutions d’Afrique.

La conférence s’est penché sur la contribution des Think Tank à la prise des décisions sur les politiques publiques, et les conditions pour un partage d’expérience dans ce domaine.

ChivzTzXEAAKLf1

(Crédit Photo: OCP Policy Centre)

Au moment ou plusieurs observatoires thématiques sont mis en place Maroc , la question se pose sur l’opportunité et la faisabilité d’un système d’information intégré pour le suivi et évaluation des politiques et stratégies publiques dans le cadre de l’agenda 2030.
Que pourrait apporter l’adoption du projet décret 2-16-263 instituant la commission permanente de la politique foncière, lors la réunion du conseil de gouvernement du 12 mai 2016 ?

ChdxgVrWYAAhOB7

(Crédit Photo: OCP Policy Centre)

Le cadre des indicateurs des ODD et tendances mondiales

Conformément à la décision 2015/216 du Conseil économique et social   a été soumis à la Commission de statistique   lors de sa Quarante-septième session 8-11 mars 2016

le rapport du Groupe d’experts des Nations Unies et de l’extérieur chargé des indicateurs relatifs aux objectifs de développement durable. Ce rapport fait le point sur les progrès accomplis par le Groupe dans l’élaboration d’un cadre mondial d’indicateurs relatifs aux objectifs et cibles arrêtés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030

http://unstats.un.org/unsd/statcom/47th-session/documents/2016-2-IAEG-SDGs-F.pdf

Ce cadre est proposé alors que  les tendances  mondiales qui se dessinent  à l’horizon , annoncent  une possible transformation des systèmes statistiques nationaux pour faire face aux mutations que connaissent les pays, et les besoins qui en découlent en données statistiques.

  • Système statstique national intégré

http://unstats.un.org/unsd/statcom/47th-session/documents/2016-4-Transformative-agenda-for-official-statistics-F.pdf

  • L’intégration des données statistiques et géospatiales

http://unstats.un.org/unsd/statcom/47th-session/documents/2016-31-EG-on-integration-of-statistical-and-geospatial-information-F.pdf

  • Le recours aux mégadonnées

http://unstats.un.org/unsd/statcom/47th-session/documents/2016-6-Big-data-for-official-statistics-F.pdf

  • Les usages des TIC

http://unstats.un.org/unsd/statcom/47th-session/documents/2016-13-Partnership-on-measuring-ICT-for-development-F.pdf

 

L’infrastructure Nationale des Données est une nécessité

L’un des préalables pour un système d’information intégré est la disponibilité de données harmonisées et l’interopérabilité entre les des divers systèmes dédiés.
Ceci est tributaire au niveau des pays, de l’efficacité du système national de statistiques, et  de la mise en place  d’une Infrastructure Nationale de Données Géeospatiales (INDG –NSDI), et/ou de stratégies nationales pour la géomatique.
En effet cette démarche permet de réponde aux préoccupations stratégiques suivantes:
– Exploiter les possibilités technologiques pour le Développement à l’aide de politiques et stratégies reliant Statistiques, TIC et Géomantique.
– Mise en place d’un cadre légal pour l’ouverture des données
– Mise en Œuvre des possibilités des logiciels libres et ouverts
– Bénéficier de l’expertise disponible dans le domaine
– Coopération entre toutes les parties prenantes Instituts Nationaux de Statistiques, Agences de Cartographie/Cadastre,  utilisateurs de données dans les secteurs public et privé société civile et académie pour la mise en place d’une plateforme d’exploitation et d’échange de données statistiques de qualité.

Les initiatives lancées dans le cadre de l’UNGGIM pourraient offrir une opportunité pour l’échange d’expérience et la mutualisation de bonnes pratiques dans ce domaine.

Quelle réponse au Maroc ?

En se référant au séminaire sur l’évaluation des politiques publiques de développement humain : Quel système d’information ?, tenu à Rabat 24-25 juin 2009, on a une indication sur les orientations pour ‘l’élaboration et consolidation d’un système d’information adéquat :
– Améliorer la qualité de l’information et son adéquation aux besoins de l’évaluation des politiques publiques ;
– Améliorer l’accessibilité à l’information de base et encourager les processus de synergie et de coordination pour la collecte, l’analyse et l’adaptation des données ;
– Encourager la création d’observatoires socio-économiques territoriaux pour produire des données locales et régionales de contexte ;
– Initier à l’élaboration de systèmes d’information territoriaux (SIT).
Parmi les opportunités pour l’établissement d’un tel système on pourrait signaler :

– L’existence d’une stratégie nationale de développement durable (SNDD), qui ‘vise à fixer les grandes orientations et le cadre stratégique au sein duquel les politiques, les réformes, les plans et les programmes sectoriels, seront définis, harmonisés et révisés dans une perspective d’amélioration continue’.
– La création de la commission nationale de la politique foncière
– L’existence d’un programme conjoint sur l’harmonisation des politiques publiques
– La réalisation par plusieurs administrations de systèmes d’informations ayant intégré une composante cartographique ou SIG.
– La recommandation du CESE sur les voies possibles de regroupement des politiques publiques en grands pôles thématiques homogènes.

Quant aux défis, on pourrait en citer :

– Multitude des intervenants dans l’évaluation des politiques publiques

– L’absence d’une instance de concertation entre les producteurs de données

– L’absence d’un Infrastructure Nationale de Données Géospatiales (INDG),

– Disposer de données pour les indicateurs devant permettre d’ apprécier l’efficacité, l’efficience, la pertinence, la cohérence, l’impact , la durabilité et l’utilité sociale des politiques et stratégies concernées,

 

 

 

 

A propos Mohamed Timoulali

Consultant
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés