Vers le retour du Maroc à l’ Union Africaine


Les visites que sa majesté le roi Mohammed VI entreprend en Afrique est la concrétisation  d’une nouvelle approche de coopération Sud Sud  que le Maroc est en train de promouvoir sur le contient.

La visite de sa majesté   qui s’est déroulée en Ethiopie alors que ce pays est  en état d’urgence suite aux incidents qu’ont connu certaines régions, en  est une illustration.

L’Ethiopie, à l’instar de  beaucoup de pays africain doit faire face à de nombreux défis, et  pour ce ,  est en quête d’un modèle approprié de développement.

Le chemin déjà parcouru est à l’mage des mutations qu’connu la ville d’Addis Abeba, depuis le renversement du régime sanginaire de Mengustu.

18099891

La photo ci-dessus photo qui date de 1984, représente la place Meskel Square à Addiss Abeba, encore sous la joute du régime Communiste de Mengestu avec les larges portraits de Marx, Engels et Lénine.

la ville a en effet beaucoup changé,  avec la rénovation urbaine qu’ont connu plusieurs quartiers, et le renforcement de l’infrastructure de transport, notamment avec le lancement du métro.

660664img_7339

La place Mesquel Square avant et après la construction du métro

159_arturo-mezzedimi  uneca_middle

L’Africa Hall et le siège de la CEA après la construction de son centre de conférence

En parallèle avec les transformations que  connait ce pays, l’organisation continentale qu’il abrite, se transforme  de l’Organisation de l’Unité Africaine(OUA) à l’Union Africaine (UA) dont le la siège de sa Commission migre vers un nouveau complexe construit avec la coopération de la Chine.

dsc_0070    dsc_0060

Siège de la CUA

Profitant de  l’absence du Maroc à l’UA, la contribution  historique   du Maroc  en tant que pays parmi les fondateurs de l’OUA  a étè même ignorée   dans les portaits affichés dans le hall du  nouveau siège, contrairement à la fresque historique de l’OUA toujours disponible à l’Africa Hall.

unecapictue8    dsc_0063

De membre fondateur de l’OUA  à absent de l’UA

Les démarches entreprises par le Maroc  pour retrouver son siège et place légitime au sein de l’UA est une initiative louable.

photo-historique-mohammed-v

Réunion de chefs d’Etat progressistes lors de la Conférence de Casablanca en 1961. Le Roi du Maroc Mohammed V (2e en partant de la dr), est entouré de gauche à droite par Kwame Nkrumah, président du Ghana, Sékou Touré président de la Guinée, le prince Moulay Abdallah tout à droite, ainsi que Modibo Keïta président du Mali, au second rang entre Mohammed V et Sékou Touré.  (source: Jeune Afrique).

 Les résultats des  visites entreprises par le souverain dans les pays de l’Afrique de l’Est ,  et les réactions parmi les  soutiens des thèses séparatistes au sein de l’UA,  augurent des défis à relever,  mais aussi des changements qui vont  s’opérer lentement mais certainement  au sein de cette organisation.

C’est l’occasion de saluer les efforts des membres de la mission diplomatique du royaume à Addis Abeba, dont le travail  sur plusieurs fronts est remarquable.

Il à espérer que les dits efforts soient épaulés par les différents ministères et l’administration marocaine dans son ensemble.

L’appel que le souverain a lancé au prochain gouvernement depuis Dakar à l’occasion de la fête de la marche verte , afin que l’Afrique fasse parti intégrante du procain   agenda   en support des nouvelles orientations de notre pays, aidera beaucoup dans ce sens.

UNGGIMambassad-addis

Avec  les  membres de l’ambassade  du Maroc et délégué à une réunion de UNGGIM à Addis Ababa